St. John’s Meadow Cemetery Quiet Garden

St. John’s Meadow Cemetery Quiet Garden

***French version follows – La version en français suit***

St. John’s Anglican Church South March, is a small, well-maintained limestone church on the periphery of Ottawa, Canada that was first established in 1832. It is located on a large parcel of land and has an adjacent heritage cemetery as well as a newer one. Now it is located in the miSt. John's Meadow Cemetery Garden htm_html_2d8230b840e4df43dst of suburban Kanata. Large sugar maples were planted in the old cemetery many years ago and they help to create a park land that is a peaceful place to walk. Many of the graves are lovingly tended. Twenty years ago a Quiet Garden with a running stream was built in the shade of a magnificent maple, and two other large perennial beds were established. 

The sense of peace one feels here is strengthened even more by the presence of a large contemplative labyrinth (modelled on the one at Chartres) that is surrounded by benches, trees, shrubs and tall grasses.

The newer cemetery, where only flat markers are permitted, was in sharp contrast to all this. To manage future maintenance costs shrubs and flowers cannot be planted at gravesites. As one parishioner explained, “It looks like such a sad place.” Clearly, something had to be done.

BLOG St. John's Meadow Cemetery Garden htm_html_328f726cc2d59799

In the spring of 2017, the Youth Group of St. John’s decided they would try to help. A grant was obtained through Faith and The Common Good. Their first goal was to make the Meadow Cemetery look more loved by adding a new Quiet Garden. Brainstorming resulted in initial plans for many flowers and rosebushes. Over the summer their own research brought the understanding that drought-resistant hardy plants were essential and that shade was a needed element too. Plans were drawn up and a brochure was designed to promote their project within the congregation. Costs were determined, and where possible, plants were bought on sale to be maintained at a parishioner’s home garden until the fall planting season.

In September, the bed was laid out and dug with adult assistance. A large Japanese Lilac tree was planted by the young teens group, along with a lesson on the needed prep for a healthy tree that would grow quickly. Shrubs were added along the perimeter. Perennials, including red echinacea and golden daylilies were added. Flat garden stones were placed to make a central area.

The younger Sunday School children came out on two occasions to plant many daffodils and other rodent and deer-resistant bulbs for the spring with the help of some parents. They also planted new tulips and hyacinths in the older beds close to the church after the soil had been augmented.BLOG St. John's Meadow Cemetery Garden htm_html_1194129059ae6b96

March Academy, a small private school located in the lower level of the church hall, also got involved in our garden project. In their science class they had been studying about seeds, nuts and bulbs, and this was an opportunity to add real-life learning. With great enthusiasm, the older children added many wheelbarrows of topsoil to the new bed. Then they asked if they could improve the garden by the door of their school. Our original plans were expanding! Weeds were pulled, overgrown bushes were cut back, lots of new topsoil was added, and then the younger children were invited out in little groups to plant dozens of daffodils. As well, each group planted another variety of bulb that only they knew about, to be a surprise for their schoolmates in the spring. Crocuses, tulips, grape hyacinths, fritillaria, and allium will add their welcome in the spring. The older group then brought many additional wheelbarrows of mulch to dress the beds. Chicken wire will help protect the bulbs from local wildlife that likes to “dine”. In the spring the school children are hoping to plant an oak tree in a suitable place. They have taken to heart the Chinese proverb “Everyone should plant a tree that they will never sit under.” Their environmental understanding was impressive.

The Youth Group put additional time into renewing the older beds which had become depleted by mixing in bags of compost and rotted manure. Some areas have been terraced to stabilize slopes and bushes planted to help prevent earlier problems of heavy rain erosion. Perennial grasses and flowers have been relocated to help with this problem.

BLOG St. John's Meadow Cemetery Garden htm_html_9ba0ece1518756d7In late September a wonderful cloud of hundreds of Painted Lady butterflies visited the gardens to everyone’s delight. They loved the wild asters especially and stayed for three days.

The initial idea of making the meadow cemetery a more beautiful place has continued to expand. Individual parishioners also wanted to help, both with money and with labour. It became possible to buy two granite benches. One is located in the new Quiet Garden and will provide a place to sit in the shade once the new tree grows. The other is located further away, under a maple that has been growing for about twenty years. There are commitments to help the youth continue their work next spring. More perennials will be bought and further terracing will be done. High on their list is a wildflower garden along a fenced edge of the property specifically to attract butterflies. Research is underway to decide what other flowers should be planted besides more wild asters.

This project has been a success on many levels. It was an opportunity for our youth to take ownership of a viable project that was a gift to grieving families especially but also to the whole community. It strengthened the bond between the school and the church. School parents spent time talking with garden workers and they saw how happy we are to have their children using the church properties. It became a multi-generational project, but the youth were given the lead. It deepened the environmental understanding of the children. They saw firsthand the effects of soil erosion and soil depletion. They learned about actually using compost and rotted manure as well as mulch.

They saw that trees grow old and eventually die, even when they are cared for, and they understood the wisdom of planting now for the future.

The support and enthusiasm of so many parishioners will enable us to continue restoring and improving the grounds of the church as a sustainable, environmentally responsible parkland garden, for the benefit of the community as a whole.

BLOG St. John's Meadow Cemetery Garden htm_html_880538a65b8efdab

Le jardin paisible de la prairie de St. John’s

L’église anglicane St John’s South March, est une petite église bien entretenue, faite en calcaire dans la périphérie d’Ottawa au Canada, fondée en 1832. Elle se trouve sur une grande parcelle de terre avec un cimetière adjacent, un du patrimoine et un autre plus récent.

L’église se trouve maintenant au milieu de la banlieue de Kanata. De grands érables à sucre ont été plantés dans le vieux cimetière il y a de nombreuses années et participent à créer un parc où il est agréable de se promener. Beaucoup des tombes sont entretenues avec amour. Il y a 20 ans de cela, un jardin paisible avec un ruisseau a été créé à l’ombre d’un magnifique érable, et deux autres grandes plates-bandes de plantes vivaces ont été établis.

Le sentiment de paix ressentit ici est renforcé par la présence d’un grand labyrinthe contemplatif (inspiré de celui de Chartres) entouré de bancs, arbres, buissons et hautes herbes.

Le cimetière le plus récent, où seulement les dalles tombales sont permises, était en contraste flagrant avec tout cela. Pour gérer les coûts futurs en entretien, les buissons et fleurs ne peuvent pas être plantés vers les tombes. Tel qu’expliqué par l’un des paroissiens « cela semble un lieu tellement triste ». De toute évidence, il fallait faire quelque chose.

Au printemps 2017, le groupe jeune de St John’s a décidé qu’il allait essayer d’aider. Une subvention fût obtenue grâce à La foi et le bien commun. Leur but premier était de rendre le cimetière de la prairie plus gaie en ajoutant un nouveau jardin paisible. Après mûre réflexion, le plan initial était de planter beaucoup de fleurs et des rosiers. Au cours de l’été, leur propre recherche leur ont fait comprendre que les plantes résistantes à la sécheresse sont essentielles et que l’ombre était également un élément nécessaire. Les plans ont été conçus et une brochure fut créée pour promouvoir leur projet au sein de la congrégation. Les coûts furent déterminés et quand cela était possible, les plantes étaient achetées en promotion et ramenées chez l’un des paroissiens pour les entretenir jusqu’au moment de la plantation en automne.

En septembre, la plate-bande fut mise en place et creusée avec l’aide d’adultes. Un grand lilas japonais fut planté par le groupe des jeunes adolescents, après une leçon sur la préparation nécessaire pour q’un arbre pousse en bonne santé et vite. Des buissons ont été ajoutés le long du périmètre. Des plantes vivaces, comprenant des échinacées rouges et des hémérocalles dorés, ont été ajoutées. Des pierres plates de jardin furent placées pour créer une place centrale.

BLOG St. John's Meadow Cemetery Garden htm_html_66cbc6e4e0912221

Les plus jeunes enfants de l’école du dimanche sont venus à deux occasions avec l’aide de parents, pour planter de nombreuses jonquilles et autres fleurs aux bourgeons résistants aux rongeurs et chevreuils. Ils ont aussi planté de nouvelles tulipes et jacinthes dans les parterres plus anciens, proche de l’église, après que le niveau du sol fut surélevé.

La March Academy, une petite école privée située au niveau en dessous de la salle paroissiale, fut également impliqué dans notre projet de jardin. En cours de science, ils étudiaient les graines, noix et bourgeons, et ce projet de jardin était une opportunité de mettre en pratique cette apprentissage. Avec beaucoup d’enthousiasme, les enfants les plus âgés ajoutèrent, avec l’aide des brouettes, beaucoup de terre végétale à la plate-bande. Ils ont ensuite demandé s’ils pouvaient améliorer le jardin à la porte de leur école. Notre projet initial s’élargissait ! Les mauvaises herbes furent retirées, les buissons envahissants furent taillés, beaucoup de couches arables furent ajoutées, et ensuite les plus jeunes enfants furent invités en petits groupes pour planter des douzaines de jonquilles. Ainsi, chaque groupe planta une autre variété de bourgeons dont eux seuls savaient ce qu’ils étaient, pour que cela soit une surprise pour leurs camarades de classe. Les crocus, tulipes, jacinthes, fritillaires, et allium vont aussi ajoutés une surprise bienvenue au printemps.

Le groupe de jeunes plus âgés a ensuite ramené des brouettes additionnelles de paillage pour couvrir les plates-bandes. Du grillage de bassecours fut ajouté pour aider à protéger les bourgeons de la faune locale qui aime « dîner » sur ces plantes.

Au printemps les enfants de l’école espèrent planter un chêne dans un endroit approprié. Nous avons pris à cœur le proverbe chinois « Chacun devrait planter un arbre sous lequel il ne s’assira jamais ». Leur compréhension environnementale était impressionnante.

Le groupe de jeunes ont également pris le temps de renouveler les anciennes plates-bandes qui s’étaient appauvries, en mélangeant des sacs de compost et de fumier en décomposition. Certaines zones ont été terrassées pour stabiliser les pentes et des buissons ont été plantés pour aider à prévenir des problèmes d’érosion causés par de fortes pluies. Des graminées annuelles et vivaces ont été déplacées pour aider avec ce problème.

A la fin de septembre un nuage merveilleux d’une centaine de papillons colorés est venu visiter notre jardin au grand plaisir de tous. Ils ont aimé les asters sauvages et y sont restés trois jours.

BLOG St. John's Meadow Cemetery Garden htm_html_7d9930a2adfd4755

L’idée initiale de rendre la prairie du cimetière un endroit plus beau a continué de s’élargir. Les paroissiens voulaient également aider, à la fois avec de l’argent et du travail. Il fut alors possible d’acheter deux bancs en granite.

L’un d’eux se trouve dans le nouveau jardin paisible et offrira un endroit où s’asseoir à l’ombre une fois que le nouvel arbre aura poussé. L’autre banc se trouve plus loin, sous un érable qui pousse depuis environ 20 ans. Des engagements ont été pris pour aider les jeunes à continuer leur travail au printemps prochain. Plus de plantes vivaces seront achetées et plus de terrassement sera fait. Leur priorité est un jardin de fleurs sauvages le long d’une bordure clôturée de la propriété, particulièrement pour attirer les papillons. Des recherches sont en cours pour décider quelles autres fleurs devraient être plantées, outre les asters sauvages.

Ce projet a été une réussite à bien des égards. Ce fut l’opportunité pour nos jeunes de prendre en main un projet viable qui fut un cadeau pour les familles en deuil notamment, mais aussi toute la communauté. Il a renforcé les liens entre l’école et l’église. Les parents d’élèves ont passé du temps avec les employés de jardin et ont vu notre joie d’avoir les enfants utiliser la propriété de l’église. Cela devint un projet multigénérationnel, bien que les jeunes dirigeaient. Ce projet renforça la compréhension environnementale des enfants. Ils ont pu constater les effets de l’érosion et de l’appauvrissement du sol. Ils ont appris à utiliser du compost et du fumier en décomposition, ainsi que du paillage.

Ils ont vu que les arbres vieillissent et finissent par mourir, même lorsqu’ils sont entretenus, et ils ont compris la sagesse de planter un arbre maintenant pour le futur.

Le soutien et l’enthousiasme de nombreux paroissiens nous permettra de continuer à restaurer et améliorer les sols de l’église comme parc durable et écologique au profit de toute la communauté.