Tucker House Youth Garden: A Garden for Change – Jardin-Jeune de la Maison Tucker : un jardin pour le changement

***French version follows – La version en français suit***

 

A Garden for learning and reconciling with nature

 

Tucker House is one of three youth gardens in Ottawa participating in Faith & The Common Good’s “Growing Community” Garden program funded by Ontario 150 Youth Partnership Program. Tucker House is located in Rockland, ON. This centre focuses on environmental teaching and host Summer Camps for kids and teenagers. Over spring and summer, the kids learned about, created and took care of the gardens. Below is the testimonial of one of the young garderner, Erin Whittingham:

 

Youth leaders and their raised garden beds

Youth leaders and their raised garden beds. Photo Credit: K. Forster

At a talk about the importance of culture within agriculture, the farmer and activist posed the question, “Why do we plant trees today?” His response, wise yet simple, was “because we are sitting in the shade of the trees planted by our grandparents.” We are told to live in the present, while juggling the demands of the future and living the effects of the past. But we need to think of the future, and what the impacts of our western consumption-crazy lifestyles are having on our earth. Our seed saving garden at Tucker House Renewal Centre does this. By saving the seeds of a variety of organic, heirloom fruits, vegetables, and flowers, we are joining the movement to preserve biodiversity for future generations. We are strengthening our defense against global warming as our seeds are given the chance to adapt to our local climate and pests year after year. Slow Food USA states that “more than 90% of crop varieties have disappeared from farmers’ fields” (https://www.slowfoodusa.org/biodiversity). For what purpose? Is it so all the apples in the grocery store can look the same? Is it so people, who are commonly referred to as consumers like that is all we are seen as, can find the same type of tomato whether they are in St.John’s or Vancouver? Industrialization of our food system is hurting our culture, our environment, our people, and our economies. My grade 7 math teacher told me once, “Erin, you are either part of the solution or part of the problem.” Working, teaching, and learning with others in the garden at Tucker House makes me feel a part of the solution.

Our seed saving garden is home to Aunt Molly Ground Cherries, Lip Stick Sweet Peppers, Sugar Snap Peas, Big Orange Tomatoes, Giant Striped Sunflowers, Lupine and Morning Glory Flowers, 42-day Tomatoes, garden snakes, bees, wild turkeys occasionally, and much more. My favourite is the Wood Sorrel, because it grows as a “weed” but has the freshest, most-lemony flavours. We were always breaking off stems to nibble on. The garden doesn’t look like your typical neat and tidy garden, and that is what I love about it. Nature is wild, which makes it exciting and beautiful. The wildness is designed by our super cool lead gardener Nathalie Mathieu. She calls herself the lazy gardener, but really she just lives the famous farmer words of working smart not hard – although she works hard too.

 

Campers filling up wheel barrow with mulch for new hugel kultur bed 04

Campers filling up wheel barrow with mulch for new hugelkultur bed. Photo Credit: Tucker House

In July a group of about eight youth and myself built a Hugelkultur bed. The bed was to be a circular bed with a diameter of about five feet, so we started by digging down about a foot, placing the soil on a tarp, loading up the hole with big tree trunks, squishing dead branches into the cracks and all over, loading back on the soil, and covering with mulch. Nathalie chose this type of bed, because they are great at retaining moisture as we saw with all the mushrooms popping through in random places. Even on the hot sunny days if you brushed aside some of the mulch the soil underneath was still dark and moist. We also learnt that Hugelkultur beds are great for providing nutrient rich soil as the logs and branches rot. Building the bed showed growing your own food is no longer such an unfamiliar or scary process.

The property where our garden grows is also home to Country Fun Nature Camp for two weeks in July that aims to build an appreciation for nature in a multi-faith based setting for kids 5 – 13 years old. The camp is run by youth staff and volunteers with guidance from our fearless leader Diana Brushey. We brought the campers into the garden to stake the tomatoes and sugar snaps, to weed and lay mulch, to cut and dry wild mint, and to taste the fruits of our labour. As we worked we asked questions about where our food comes from, and generally just tried to build a connection between us and the precious land. Handing a 5 year old a mini-shovel and putting a team of two to maneuver the wheel barrow got the heart rate beating a bit, but the whole experience showed me an enjoyment for environmental education that I didn’t know I had. It has made me rethink my path, and the kids reflections and ability were impressive.

In mid-August we got together again to build raised garden boxes. Once again the mystery of how to grow food was being revealed, and it was empowering. It is one thing to know our food doesn’t come from groceries stores, but to be shown how you can do it makes it all the more accessible. We had awesome teachers to guide us through the process too. Joël Béland, Tucker House’s operations manager aka all things handyman and farming guru, along with our lead gardener Nathalie explained the design as we assembled. As we were working, I wondered how long this process would take if you were doing it solo. How would you hold both ends of the 4x4s? The answer: much longer and much quieter. That day we also recognized Faith and the Common Good, Ontario150, and the province of Ontario for providing the funds to buy all the materials that facilitated our coming together and learning. It was a good day.

In learning about environmental and social issues the word sustainable has lost meaning for me. It is thrown around articles and rolls off people’s tongues like it is an easy thing to accomplish. But it isn’t. I often find it an overwhelming concept, and although I am a pessimistic-optimist about the state of our environment and social lives, I am optimistic when I am at Tucker House. The fresh air, big blue sky, the rare sound of cars, and big drooping trees definitely help drift away my fears, but it is my time in the garden where I feel I am actually working towards positive change. I am so thankful that the government recognizes the need for youth to experience this natural beauty, so I’ll finish off this post with a quotation from Eleanor McMahon, Ontario’s Minister of Tourism, Culture and Sport, about the province’s support for Tucker House’s programs: “I am proud that the Government of Ontario is supporting unique, youth-led initiatives, like the Ontario150 Tucker House History Mystery and the garden expansion at the Maison Tucker House, which encourage and engage young people in leadership experiences. These investments through our Ontario150 Program will inspire our youth to get involved and make a mark in their local communities.”

This is part of a series of posts for the Ontario 150 Youth Garden “Growing Community” projects that are part of Ontario150 Partnership Program which provides youth with opportunities to actively participate in their communities in ways that reflect their creativity, cultural expression, diversity, inclusion, environmental stewardship, entrepreneurship, healthy living, and civic engagement.

 

Un jardin pour l’apprentissage et se rapprocher de la nature

La Maison Tucker est l’un des trois jardins-jeunes à Ottawa qui participe au programme de La foi et le bien commun, jardin « Communauté en croissance », financé par le Programme Ontario150 – Partenariats (lien en anglais). Tucker House se trouve à Rockland, ON. Ce centre se concentre sur l’enseignement environnemental et accueil des camps d’été pour les enfants et adolescents. Au cours du printemps et de l’été, les enfants ont appris, créer et pris soin des jardins du centre. Ci-dessous le témoignage de l’un des jardiniers en herbe, Erin Whittingham :

 

Lors d’une conférence sur l’importance de la culture en agriculture, un fermier et activiste a posé la question : « Pourquoi plantons-nous des arbres aujourd’hui ? ». Sa réponse, sage mais simple, fut : « parce que nous sommes assis à l’ombre des arbres plantés par nos grands-parents ».  On nous dit de vivre dans le présent tout en considérant les demandes du futur et en tenant compte des conséquences du passé. Cependant nous devons penser au futur, et aux impacts que nos modes de vie occidentaux de surconsommation ont sur notre Terre. Notre jardin de conservation des semences à la Maison Tucker Centre du renouveau y participe. En plantant une variété de graines de fruits, légumes et fleurs biologiques, nous nous joignons au mouvement pour les générations futures. Nous renforçons nos défenses contre le réchauffement climatique puisque nos semences ont la chance de pouvoir s’adapter au climat local et aux nuisibles années après années. Slow Food USA déclare que « plus de 90% des variétés de cultures ont disparu des champs des agriculteurs » (https://www.slowfoodusa.org/biodiversity). Dans quel but ? Est-ce pour que toutes les pommes au supermarché se ressemblent ? Est-ce pour que les gens, communément appelés consommateurs puisque c’est à quoi nous sommes réduit, puisse trouver le même genre de tomates que ce soit à St. John’s ou à Vancouver ? L’industrialisation de  notre système alimentaire nuit à nos cultures, notre environnement, notre peuple, et nos économies. Un jour, mon professeur de mathématiques de 7ème année m’a dit, « Erin, tu fait soit partie de la solution ou bien du problème ». Travailler, éduquer, et apprendre avec les autres dans le jardin à la Maison Tucker me fait me sentir comme étant une partie de la solution.

Notre jardin de conservation des semences est constitué de cerises de terre de tante Molly, de piments doux rouge, de pois mange-tout, de grosses tomates oranges, de tournesols rayés géants, de fleurs de lupin et de liseron, de tomates 42 jours, de couleuvres, d’abeilles, occasionnellement de dindes sauvages, et bien plus encore. Ce que je préfère, c’est l’oxalide de montagne, parce que ça pousse comme de la mauvaise herbe mais a des saveurs des plus fraîches et très citronnées. Nous étions constamment en train d’en grignoter des brins. Ce jardin ne ressemble pas au jardin typique soigné et ordonné, et c’est ce que j’aime. La nature est sauvage, c’est ce qui la rend excitante et belle. Ce milieu sauvage a été conçu pas notre super cool jardinière en chef Nathalie Mathieu. Elle se dit jardinière fainéante, mais en fait elle ne fait que suivre la philosophie de travailler intelligemment et non pas durement, bien qu’elle travaille dur aussi.

Campeurs mettant des tuteurs pour les tomates et pois mange-tout

Campeurs mettant des tuteurs pour les tomates et pois mange-tout. Crédit photo : Maison Tucker

En juillet, un groupe d’environ 8 jeunes et moi-même avons construit un parterre de Hugelkultur. Ce parterre devait être circulaire avec un diamètre d’environ 5 pieds, alors nous avons commencé par creuser un trou d’un pied de profondeur, mettant le sol sur une bâche, puis remplissant le trou avec des gros troncs d’arbre,  entassant des branches mortes dans les trous et de partout, puis en recouvrant de nouveau avec la terre, et ensuite avec du paillage. Nathalie a choisi ce type de parterre, parce que c’est idéal pour la rétention de l’humidité, comme nous avons pu le constater avec l’apparition de champignons à divers endroits. Même lors des jours de grosse chaleur si on soulevait un peu de paillage, le sol dessous était toujours sombre et humide. Nous avons aussi appris que les parterres de Hugelkultur sont excellents pour fournir un sol riche en nutriments alors que les bûches et les branches se décomposent. La construction de ce parterre a démontré que faire pousser sa propre nourriture n’est plus un processus inconnu et terrifiant.

La propriété où notre jardin pousse accueille également le Camp Country Fun Nature pour deux semaines en juillet. Ce camp vise à développer une gratitude envers la nature dans un environnement multiconfessionnel pour les enfants de 5 à 13 ans. Le camp est dirigé par des jeunes employés et volontaires avec l’aide de notre audacieuse chef Diana Brushey. Nous avons amené les campeurs dans le jardin pour mettre des tuteurs aux tomates et aux pois mange-tout, désherber et poser du paillage, couper et faire sécher de la menthe sauvage, et goûter aux fruits de notre labeur. Lorsque nous travaillions, nous posions des questions à propos d’où la nourriture venait, et de manière générale nous essayions de faire le lien entre nous et notre précieuse terre. Donner une mini-pelle à un enfant de 5 ans et faire des équipes de deux pour manœuvrer la brouette furent un peu éprouvant, mais l’expérience globale me fit découvrir un plaisir pour l’éducation environnementale dont je n’avais pas connaissance. Cela m’a fait redéfinir mon avenir, et les réflexions et capacités des enfants étaient impressionnantes.

Mi-août nous nous sommes de nouveau rencontrer pour construire les bacs pour jardin surélevé. Une fois encore, le mystère de comment faire pousser la nourriture était révélé, et c’était stimulant. C’est une chose de savoir que notre nourriture ne vient pas du supermarché, mais enseigner comment le faire soi-même le rend d’autant plus accessible. Nous avions de super professeurs pour nous guider dans ce processus. Joël Béland, gestionnaire des opérations à la Maison Tucker aka bricoleur et gourou de l’agriculture, au côté de notre jardinière en chef Nathalie qui expliquait le plan alors que nous l’exécutions. Lorsque nous travaillions, je me suis demandée combien de temps cela prendrait de faire ce travail seul. Comment tenir les deux bouts du 4×4 ? Réponse : bien plus long et bien plus calme. Ce jour-là nous avons aussi remercié La foi et le bien commun, Ontario 150, et la province de l’Ontario pour nous avoir fournis les fonds pour l’achat de tout le matériel qui nous a permis de nous rassembler et d’apprendre. C’était une bonne journée.

En apprenant au sujet des enjeux environnementaux et sociaux, le mot durable a perdu son sens pour moi. Ce mot est partout dans les journaux et dans la bouche des gens comme si c’était facile à accomplir. Mais ça ne l’est pas. Je trouve souvent que c’est un concept insurmontable, et bien que je sois une pessimiste-optimiste quant à l’état de nos vies sociales et notre environnement, je suis optimiste quand je suis à la Maison Tucker. L’air frais, le grand ciel bleu, le son des voitures y est rare, les gros arbres affaissés aident vraiment a repousser mes craintes, mais c’est lorsque je suis au jardin que je sens que je travaille en effet vers un changement positif. Je suis reconnaissante que le gouvernement reconnaisse le besoin pour les jeunes de découvrir cette beauté naturelle, ainsi je termine ce blog avec une citation de Eleanor McMahon, ministre de l’Ontario du Tourisme, de la Culture et du Sport, à propos du soutien de la province aux programmes de la Maison Tucker : “Je suis fière que le gouvernement de l’Ontario soutienne des initiatives uniques, dirigées par des jeunes, telles que Ontario150 Tucker House History Mystery et l’agrandissement du jardin de la Maison Tucker, ce qui encourage et implique les jeunes dans des expériences de leadership. Ces investissements via le Programme Ontario150 inspirera nos jeunes à s’impliquer et à laisser une véritable empreinte dans leur communauté locale.”

Cet article fait parti d’une série d’articles pour les projets Jardins-jeunes Ontario 150 (lien en anglais) « communauté en croissance » compris dans le Programme Ontario150 – Partenariats. Ce programme offre aux jeunes des opportunités pour s’engager activement dans leur communauté d’une manière qui reflète leur créativité, expression culturelle, diversité, intégration, intendance de l’environnement, entreprenariat, mode de vie saine, et engagement civique.